Vin de Mabon mûre/framboise

J’ai découvert dans le livret de l’Oracle Druidique des Plantes, mon nouveau chouchou <3, qu’une tradition en ces temps de Mabon est de faire un vin de mûre.

Je me suis exécutée car je trouve cette idée gourmande 🙂

J’ai alors ramassé des mûres à la pleine saison, complétées par des framboises du jardin, que j’ai laissé macéré en extérieur avec du rhum et du miel de printemps pendant 15 jours environ. Sans oublier de rajouter quelques feuilles de ronce et de framboise.

Par la suite, j’ai rajouté du vin rouge et encore 1 bonne semaine de macération.

3 bonnes semaines plus tard, nous avons filtré le vin (il est bon ! ) et avec les fruits, fait de la confiture.

Nous voilà donc avec 2 recettes gourmandes pour le prix d’une 🙂

Tout en faisant ces dernières préparations, voici ce que mon intuition me dit :

A la Pleine Lune de Lughnasadh (Août), cueille les fruits
A la Nouvelle Lune, rajoute le vin
A la Pleine de Mabon (Septembre), mets en bouteille

Pour être complet, la Tradition est de réserver ce vin pour les célébrations de Mabon prochain

Pour ce qui est des quantités :

  • 1 kg de fruits
  • quelques feuilles de ronce et framboise
  • ½ litre de rhum
  • 3 belles cuillères  soupe de miel de printemps
  • 2 litres de vin rouge

Pour la confiture, j’ai mis à cuire les fruits bien imbibés de vin avec 2 cuillères à soupe de sucre. J’ai rajouté un peu plus d’une ½ cuillère à café d’agar-agar et en fin de cuisson, 2 autres cuillères à soupe de sucre mais complet (rapadura), pour le goût. Pendant tout le temps de cuisson, j’ai écrasé avec un presse-purée. Au bout de 15-20 minutes, passé la confiture au chinois pour séparer le jus des grains. Et voilà ! A déguster sur des tartines ou dans une crêpe 😉

J’espère avoir titillé vos papilles de gourmands.

A bientôt pour d’autres idées gourmandes ❤

Mabon, que les festivités commencent !

Aujourd’hui c’est la Lune Pleine qui donne le top départ des célébrations de Mabon.

Je dis des célébrations car d’autres temps fort viendront rythmer mes journées jusqu’à l’équinoxe.

Pour démarrer ce premier jour, j’ai refait l’autel et cuisiner.

Depuis quelques jours Cerridwen annonce Son retrait en me présentant à d’autres comme j’en parle ici et . Le tirage de runes du jour est là pour le confirmer.

C’est donc pour moi le bon jour pour préparer des petits gâteaux à la verveine (Sa plante fétiche) dont je découvrai la recette ici.

J’ai apporté des modifications à la recette originale que je vous partage ci-dessous

Voici la recette des petits gâteaux à la verveine

340 g de farine (seigle pour moi)
7 c à c de sucre complet (rapadura)
3 oeufs moyen battus
3 g de verveine sèche réduit en poudre et tamisée
110 g d’huile de tournesol
120 g de gelée maison pomme/rhubarbe
1 c à c de bicarbonate de soude alimentaire
Une demie c à c de gros sel gris
Laisser reposer au frigo (30 mn minimum)
Cuisson jusqu’à ce qu’ils dorent

La pâte est collante. Il est possible de l’étaler dans un grand plat pour obtenir une version cookie géant.

Je les ai goûté encore tiède. J’ai bien reconnu le goût de la verveine qui reste discret.

Comme je le disai plus haut, j’ai refait Son autel. Désormais, il est dans la cuisine sur la poutre de la cheminée. Il était temps que cette place Lui soit donnée. Il y a toujours le chaudron et la truie blanche en origami dans l’espace sacré de mon bureau.

Je termine ces lignes avec toute ma gratitude, ma loyauté et dévotion.

Eau de rhubarbe

En ces temps de fortes chaleurs, s’hydrater régulièrement tout au long de la journée est primordial.

Il y a quelques jours, je partageais sur la page Facebook associée au blog une photo d’eau de rhubarbe en préparation.

Aujourd’hui me semble être le jour idéal pour vous en partager la recette.


J’ai spécialement acheté ce grand pot pour faire des boissons aromatisées avec les plantes et herbes récoltées dans mon jardin de Gaïenne.

Comme la rhubarbe nous a offert la possibilité d’une 2ème récolte, je voulais tester encore une autre recette.

Avec la première récolte, nous avions savouré une délicieuse tarte à la rhubarbe meringuée. Si vous n’avez pas encore goûter, je vous invite à le faire d’urgence ! Vous m’en direz des nouvelles 😀

Cette fois-ci, j’ai préparé une eau de rhubarbe avec :

  • 1,5 Kg de rhubarbe épluchées et couper en tronçons.
  • déposer les au fond du pot et mettre dessus 9 ou 12 (je ne sais plus) cuillères à soupe de sucre. Bien mélanger.
  • Ensuite, verser 3 litres d’eau bouillante et laisser reposer pendant 24 heures.
  • Enfin, filtrer le tout. Mettre en bouteille et réserver au frais avant dégustation.
  • La consommer dans la semaine.
  • Si vous souhaitez en faire que 500 g, diviser les proportions par 3

J’ai retrouvé ce goût si caractéristique de la rhubarbe avec un côté acidulé et désaltérant comme j’aime 😀

Avec le reste de rhubarbe, j’ai fait de la compotée. Parfait pour les tartines !

  •  Mettre à cuire avec un rajout de sucre selon son goût.
  • Laisser réduire jusqu’à ce que toute l’eau soit évaporée.
  • Mettre en pot et mettre au frais après refroidissement.

J’ai depuis enchaîné les boissons :

  • menthe, rhubarbe, citron
  • ortie, menthe, citron
  • sureau (récolté en balade)
  • et bientôt, j’ai envie de tester sarriette, menthe. Il y en a beaucoup cette année.

Et vous, quelle boisson aux plantes aimez-vous ?

Faites moi découvrir de nouvelles associations, je me ferai la joie de les tester, si je dispose des plantes dans mon jardin.

Régalez-vous les gourmands.

A bientôt pour d’autres recettes en direct du jardin de Gaïenne.

Le pissenlit et recettes

Nul besoin de présenter le pissenlit, tout le monde le connait avec sa tête de lion soleil.

Je l’ai déjà dégustée de nombreuses fois pour ses jeunes feuilles en salade mais pas encore pour ses fleurs.

Gelée de pissenlit

J’ai découvert la cramaillote, la confiture de pissenlit. La quantité de sucre utilisée pour obtenir ce miel de pissenlit, me fait sauter au plafond.

J’ai recherché et trouvé une recette de gelée de pissenlit faite à base des fleurs de pissenlit bien sûr et aussi d’agar-agar.

Les propriétés reconnues de l’agar-agar me conviennent mieux que celle du sucre.

C’est aussi un ingrédient que j’utilise régulièrement pour faire des gelées de pomme à partir des trognons. Je vous en parlerai un jour.

Pour en revenir au pissenlit, je partage la recette trouvée chez A table Juliette.

Pour un pot normal ou 2 petits :
40 g de fleurs de pissenlit (environ 2 grosses poignées)
50 cl d’eau pure
1 citron bio bien juteux
2 3 g d’agar-agar
15 cl de sirop d’agave (pour moi, c’est jus de pomme concentré fait maison)

Commencer par ôter tout le vert des fleurs pour ne garder que les pétales jaunes.
Cette opération peut paraître un peu fastidieuse mais elle évite de donner un goût de vert et d’un peu amer à la gelée. Les plus pressés sauteront cette étape et se contenteront de bien ôter tous les morceaux de tige.

Verser l’eau dans une casserole, et y ajouter les fleurs de pissenlit, l’agar-agar et le jus de citron pressé.
Ajouter le zeste de citron finement râpé, en faisait attention à ne pas mettre la peau blanche de l’agrume.

Mélanger, puis faire chauffer doucement la préparation sur feu doux en remuant régulièrement. Le mélange doit bouillir mais tout doucement pendant 10 minutes.

Filtrer à l’aide d’un tamis fin ou d’un chinois et récupérer le jus. Le remettre dans la casserole avec le sirop d’agave. (J’ai mis le jus de pomme concentré en début de cuisson, je n’ai donc pas remis à chauffer)

Porter de nouveau à ébullition, puis compter 10 minutes de cuisson, toujours à feu doux et en mélangeant souvent.

Verser dans un ou deux pots propres et ébouillantés et laisser la gelée prendre.
A conserver au frais pendant environ une semaine.

Ma petite touche personnelle

J’ai fait cette recette fin mars. La floraison s’étend jusqu’en septembre, il est donc possible de faire cette gelée au pissenlit plusieurs fois dans la saison.

Je rajouterai de laisser infuser les pétales de pissenlit 3 à 5 heures pour laisser le temps aux arômes de se diffuser.

Macérât de pissenlit

Ce macérât est obtenu à partir d’une base d’huile (tournesol pour moi) et de fleurs fraîches de pissenlit.

Il suffit de remplir un bocal de fleurs fraîches et de les recouvrir à hauteur avec de l’huile. Mettre un couvercle respirant (tissu par exemple) et de l’oublier 21 jours exposé au soleil. Le mien est resté dehors jours et nuits. Pour finir, filtrer l’huile et remettre dans un pot propre avec couvercle hermétique.

Je n’ajoute pas de conservateur, je le stocke au réfrigérateur.

Cette potion, à utiliser en massage, est reconnue pour soulager les douleurs musculaires et rhumatisme en agissant comme un refroidisseur sur les tissus profonds inflammés.

Côté femme

Le pissenlit est aussi utile chez la femme dans la gestion de la rétention d’eau prémenstruelle. Dans ce contexte, mélangez racine et feuille. La feuille agira comme diurétique, la racine activera le foie, organe essentiel dans la gestion des problèmes hormonaux (le foie recycle le trop plein d’hormones). Source

Il me reste à vous souhaiter une bonne dégustation et de bons massages en perspective 😉


Tarte gourmande à la rhubarbe meringuée

Bonjour les gourmands,

Le mois de mai rime avec première récolte.

Pour ouvrir le bal, c’est la rhubarbe qui nous a offert ses premières branches.

Elle nous fait aussi le cadeau de sa fleur.

Pour changer de la compotée, j’ai cherché une nouvelle recette.

Je me suis laissée tenter par une recette qui me semblait fort appétissante.

En plein dans le mille ! C’est un vrai délice !

Je vous livre la recette :

  • 1 pâte brisée (lien vers mon blog de recettes tout fait maison)
  • 500 g de rhubarbe
  • 4 oeufs
  • 70 g de sucre
  • 2 belles cuillères à soupe de farine de riz
  • 15 à 20 cl d’eau
  • 1 pincée de sel

Préparation

  1. Laver et éplucher la rhubarbe. La couper en petits tronçons.
  2. Préchauffer le four à 200°C. Étaler la pâte dans un moule à tarte. Garnir de rhubarbe. Battre un oeuf entier et 3 jaunes (réserver les 3 blancs pour la meringue) avec 35 g de sucre. Ajouter la farine de riz et l’eau.
  3. Verser la préparation sur la rhubarbe, attention que ça ne déborde pas. Enfourner 30 minutes.
  4. Pendant ce temps, battre les blancs en neige bien ferme avec une pincée de sel. Ajouter peu à peu le sucre restant (35 g) tout en continuant de battre.
  5. Pour finir, lorsque la tarte est cuite, étaler la meringue et poursuivre la cuisson 10/15 minutes.