Prochain level : le flow

Sur le chemin de la décroissance, je me suis libérée de l’attraction cathodique,  je boycotte la grande distribution, je mange peu de viande (1 fois par semaine), je consomme local ( et je peux encore mieux faire 🙂 ), je suis libérée du téléphone portable.

En cherchant à tendre vers la cohérence, je poursuis mon chemin vers l’ultime conseil pour rentrer en résistance par la décroissance.

Vient le temps du développement personnel pour atteindre le flow

Poursuivre la lecture de « Prochain level : le flow »

[vidéo] Simplicité volontaire et décroissance

Films de Jean-Claude Decourt

⇒ http://utopimages.org/

Sur une planète finie, croissance infinie et « développement durable » sont impossibles.

Non content de piller le bien commun, notre modèle économique fondé sur le développement exponentiel, détruit inexorablement la nature, pervertit les relations humaines, compromet gravement l’avenir des génération futures.

Décroitre économiquement et vivre plus simplement, ne signifie pas revenir à l’âge de pierre. Il s’agit au contraire de croître en « humanité » de se réapproprier nos vies, notre temps, de compenser nos peurs et nos manques autrement que par la consommation, d’imaginer de nouvelles solidarités, de re-localiser industrie et agriculture, de se réapproprier la politique pour décider collectivement…

Vaste programme !

Commençons à le faire vivre dès aujourd’hui, avec convivialité et équité, afin d’éviter catastrophes écologiques et barbarie, dans quelques décennies!

 


Le documentaire suivant approfondit les réflexions du film 1 et donne la parole à des femmes et des hommes qui pensent et vivent autrement.

Avec également des interventions de : Pierre Rabhi, Alain Dufranc, Sabine Rabourdin, Lydia Müller, Jean-Claude Besson-Girard, Miguel Benassayag, Françoise Gollain, jacques Grinevald, Isabelle Soccorsi, Jo Sacco, Fabienne Brutus, Jocelyn Patinel, Françoise Matricon, Serge Latouche …

 


Capitalisme vert, développement durable, libéralisme, tous système de dominance, aboutissent à une société de croissance exponentielle, détruisant la nature et ‘humanité.

Psychés individuelles et institutions/système, s’auto-élaborent en permanence.

Nous sommes responsables (à des degrés divers) de l’engrenage morbide.

Si le choix n’est plus, croissance ou décroissance, mais décroissance choisie ou barbarie, il convient, en préalable, de voir ce qui ne va pas en nous, de réfléchir à ce qui nous a conduit au bord du précipice, et de réaliser une métamorphose individuelle afin que le Monde change.

D’autres, en d’autres temps, nous l’avaient déjà dit… Changer, pour changer le Monde ! Ce qui est nouveau, c’est que cela a commencé !
Sur tous les continents, une multitude d’initiatives, un bouillonnement créatif, révèlent le commencement d’un formidable bouleversement anthropologique.

 

 

La libération de l’attraction cathodique

Le premier conseil pour rentrer en résistance par la décroissance est de se libérer de la télévision.

D’autant plus qu’avec la généralisation de l’internet, cet objet es devenu complètement obsolète.

Comme pour bien d’autres choses, des alternatives existent.

Comment faire pour les jeux vidéos, se tenir informer sans être couper du reste du monde ? Qu’est-ce que pourrait être une vie sans télé ? Si vous voulez savoir, lisez la suite.

Poursuivre la lecture de « La libération de l’attraction cathodique »

Je suis AMAPienne

Non, non, il ne s’agit pas de la derrière trouvaille de la NASA. 🙂

Une AMAP, c’est Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.

Chaque vendredi je m’y rend pour que l’essentiel de mon alimentation vienne de la diversité des producteurs locaux de culture biologique ou de culture raisonnée.

La cloche a retenti. C’en est fini pour moi le BIO des supermarchés !

Poursuivre la lecture de « Je suis AMAPienne »

Et le travail dans tout ça ?

Dans une société où il faudrait travailler plus pour gagner plus, plus, plus, toujours plus, j’ai décidé de travailler moins, mieux, de ne plus travailler du tout, c’était fin 2009.

Un passage à l’acte  pour un retour à l’essentiel…

Poursuivre la lecture de « Et le travail dans tout ça ? »