Mon étude des 13 Mères Originelles

Je viens de terminer l’étude de la Mère de Clan de la 2ème Lune : La Gardienne de la Sagesse. J’ai étudié cette Mère a plusieurs reprises dans le cours du cycle. Je procède de la même façon à chaque étude et pourtant l’Enseignement de cette Mère de Clan m’a demandé d’y revenir par 2 fois.

C’est à la Nouvelle Lune que je lis le conte pour le découvrir en 1er lieu et ainsi laisse infuser l’Enseignement tout au long de la lunaison.

Puis à la Pleine Lune, je relis. C’est alors que certains passages résonnent plus qu’à la 1ère lecture, voire des nouveaux me tapent à l’oeil. D’ordinaire, je n’écris rien encore sur l’Enseignement en cours. Je prête attention à l’Enseignement avec ce que je vis entre la lecture et la 1ère relecture.

Avec la Mère de clan de la 2ème Lune, j’ai pris des notes. J’ai surtout laisser glisser ma plume sur le papier tant l’appel était fort. Je sais être une Gardienne des Mémoires et de Toutes Vérités. Mais là, cette relecture m’a révélé de toutes parts des vérités sur les missions que cela peut engendrer.

Enfin au Dernier Quartier, je relis et tire les Enseignements. Chose que j’ai faite hier et là, j’en ai appris sur le rôle de la Gardienne des Mémoires et de Toutes Vérités.

La manière dont le cycle d’Enseignement est découpé me permet de me connecter jusqu’à 3 ou 4 fois à la Mère de Clan. Tant les Enseignements sont riches qu’en 1ère lecture du livre, il y a de nombreuses Sagesses à assimiler. J’ai déjà lu cette Mère de clan l’été dernier et j’ai pourtant dû travailler par 2 fois avec Elle durant ce cycle. J’avais déjà « à l’époque » lu dans le groupe Facebook dédié, le livre est à lire, relire et à relire encore et encore, nous en apprendrons toujours.

Le livre des 13 Mères Originelles de Jamie Sams est un vrai trésor pour découvrir la Médecine de la Femme. Je suis ravie d’entreprendre cette première lecture dans le cadre de mon service à la Déesse-Mère.

Offrande à la Déesse

 » Dame de la Source Sacrée,
Prends ces offrandes que je t’ai apportées;
Je prie pour l’amour, la chance et la vie !
Déesse, accepte, je t’en prie, mes présents d’aujourd’hui.

Déesse, bénissez maintenant champs et forêts.
Qu’ils daignent nous accorder leurs bienfaits
Et prodiguent aux hommes et aux bêtes force et vigueur.
Protège, ô Déesse, nos cœurs et nos corps !  »

Issu du livre La Colline du dernier Adieu de Marion Zimmer Bradley

De Samhain à Yule

Samhain est plus qu’une célébration d’un soir, le 31 octobre. Cette célébration se représente comme un couloir.

Les énergies de Samhain se sont fait ressentir dès le 24 octobre et se terminent avec dans 2 ou 3 jours avec la Nouvelle Lune du 18/11/2017

La Tradition nous la fait célébrer le soir du 31 pour démarrer la nouvelle année le 1er novembre, marquant ainsi le temps fort des festivités. Toutefois, je vis cette période sur une plus longue durée.

En plus d’honorer nos Ancêtres lors des préparatifs et lors du jour même de la célébration, j’ai eu cette année l’occasion d’être en contact avec ma défunte mère et ainsi me libérer une énième fois. Même après 14 ans, il restait encore à lâcher.

Dans le cadre de l’École Des 5 Déesses D’Avalon, Ceridwen nous invite samedi 18/11 au soir pour célébrer la Nouvelle Lune.

En effet, cette NL est particulière car c’est la NL de Samhain menant à la période la plus sombre avant que le soleil reprenne sa phase montante à Yule.

Il s’agit du moment où nous sommes au plus près de notre déesse intérieure.

Cette lunaison marque à la fois l’aspect masculine de cette période car alors que nous descendons au plus près de notre Moi profond, le masculin va nous permettre de faire jaillir notre lumière des profondeurs.

Si vous le souhaitez, en simultané à 22h00, nous pouvons lire chacun chez soi le texte de l’article de célébration et voeux partagé sur le blog. Il est aussi possible de se créer une ambiance propice pour l’occasion.

Ce rituel est issu du livre La Colline du dernier Adieu de Marion Zimmer Bradley.

Vous pouvez confirmer votre présence en commentaire.

Belle journée 💚

Gaïenne

Célebration de la Nouvelle Lune et voeux

 » Je te salue, lune nouvelle, guide sacré et bienveillant !

Je m’agenouille devant toi,
Je t’offre mon amour,
Je te donne la main,
Je lève les yeux vers ta beauté radieuse,
Ô lune, lune nouvelle des saisons !

Je te salue, nouvelle lune !
Lumineux objet de mon amour !
Je te salue, nouvelle lune,
Vierge bienveillante, généreuse,
Tu suis ta course dans le ciel,
Tu brilles de ton éclat argent,
Ô lune nouvelle des saisons !

Ô toi, vierge souveraine de bonté,
Ô toi, vierge souveraine de bonheur,
Ô toi, vierge souveraine, lune des saisons,
Ma bien-aimée !  »

 » – Chères sœurs, sachez que la puissance de la lune est le pouvoir des femmes, la lumière qui brille dans l’obscurité, la force qui régit tous les flux intérieurs. La lune vierge règne sur tout ce qui commence, sur tout ce qui naît à la vie. D’elle-même nous tirons toute influence, toute énergie. Chères sœurs, acceptez-vous de consacrer votre vie entière au service de notre mission ?

– Nous t’invoquons, Déesse, Dame de Vie, Reine des cieux étoilés, Épouse vierge, Mère de tout renouveau, Sagesse terrestre et universelle ! Déesse de toutes les déesses, tu règnes sur nos cœurs comme tu brilles sur nos visages et dans le ciel ! Ô Déesse, entends-nous ! Déesse, viens à nous. Déesse, entends notre prière !
Je m’élève dans les airs et mes ailes sont lumière. Je vois des arcs-en-ciel auréoler la lune…les rayons du soleil qui illuminent le monde entier… Je sens l’eau des cascades ruisseler sur ma peau, la chaleur d’un feu caresser mon corps, la douceur infinie des bras de ma mère m’envahir dans un océan de tendresse… »

Issu du livre La Colline du dernier Adieu de Marion Zimmer Bradley

Ceridwen s’en est allée

C’est à la veillée de Samhain que Ceridwen s’en est allée. Elle a fini Sa descente dans le Monde d’En-Bas. Elle est maintenant en retrait jusqu’à Imbolc.

Avant de partir, Elle m’a présenté l’une de Ses Amies. À Mabon, c’était Airmeth. Cette fois-ci c’est avec Rhiannon que je vais faire connaissance. Ce n’est pas sous le visage de Rhiannon tel que tout le monde La connaît. C’est sous Son aspect sombre, La Peallag.

Cette information peut surprendre. Pourtant, c’est bien ainsi qu’Elle m’a été présentée.

Après avoir découvert un autre aspect de Ceridwen sous l’appellation La Cailleach, je poursuis avec La Peallag mon étude du Féminin Sacré.

Le feu sacré d’Hestia

Il y a quelques temps, je partageais un article à propos d’Hestia.

Aujourd’hui, je viens d’en découvrir un peu plus sur Elle.

Lorsque je parlais d’Hestia, je faisais référence au ménage qui pour moi est sacré et aujourd’hui, j’en sais un peu plus sur le pourquoi de ce caractère sacré, même si je le savais déjà au fond de moi. Je n’avais alors pas encore les mots pour bien l’exprimer.

Pour moi, quand je parle de ménage avec Hestia, je parle aussi et surtout de ménage intérieur. Entretenir la Flamme Sacrée qui brûle, qui agit soi.

Lorsque je m’occupe de l’entretien de la maison, je dois employer plus de douceur et d’entrain. Le faire quand je suis énervée ou fatiguée tue, ou du moins, épuise mon Feu Intérieur. Le but de s’occuper de la maison, c’est de faire à l’extérieur de soi comme s’il s’agissait de l’intérieur de soi.

Le faire un peu chaque jour comme les Fly Ladies le préconise, permet de maintenir allumer le Feu Sacré en soi tout en préservant sa vivacité et sa chaleur chatoyante.

On ne voudrait pas s’y brûler !  😀

L’automne intérieur

L’automne intérieur correspond à la phase prémenstruelle pendant laquelle le corps produit de la progestérone et des œstrogènes.

Dans la nature, c’est le moment du retour car certaines plantes fleurissent à nouveau et d’autres portent de nouveaux fruits. C’est aussi la période où l’on engrange les récoltes. L’automne est  par conséquent la saison du retour sur investissement pendant laquelle on dresse le bilan. A l’image de la nature, la femme a la capacité de voir ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas en elle. Elle peut regarder objectivement les problèmes en face et, en plus, a la capacité de les résoudre. Certes, elle devient un peu plus sensible et un peu plus vulnérable mais ce n’est pas une faiblesse, juste un processus intérieur qui lui permet l’ouverture et le discernement vers son moi plus profond.

Son attention se porte sur les détails, pas sur les grandes lignes comme dans la première phase.

Source

Image trouvée chez mon amie Francesca – Être divin au féminin

Sur le chemin…

Wealthy Happy Witch !

« Don’t talk about what you believe to people who really aren’t interested. Don’t show off what you can do because you believe in something. Just walk around in your life remembering who you are and who She is. »

« Ne parlez pas de vos croyances à des gens qui ne s’y intéressent vraiment pas. Ne montrez pas ce que vous savez faire sous prétexte que vous croyez en quelque chose. Il vous suffit de marcher sur le Chemin de votre Vie en vous souvenant de qui vous êtes et de qui Elle est. »

(Barbara Ardinger, « Practicing the Presence of the Goddess »)

 

3_225x300

Voir l’article original

La prêtresse des temps modernes

Femmes

Image

On me demande souvent « Qu’est-ce qu’une prêtresse, et que fait-elle ? »

Une explication simple serait de donner la définition du dictionnaire : « une prêtresse est une femme qui officie à des rites sacrés ». Même si cela reste vrai, en vérité, une prêtresse est et fait tellement plus. Elle sert les besoins spirituels de la communauté.

Il y a très longtemps, les prêtresses dans leurs communautés observaient attentivement les motifs et les rythmes de la Nature. S’accordant aux cycles de la terre, elles honoraient la Grande Mère en réalisant des rituels saisonniers sacrés. Les femmes, considérées comme des représentations de la Terre Mère, étaient profondément révérées, honorées et célébrées, car, comme la terre, une femme a aussi la capacité de faire grandir la vie en elle. Plus tard, les prêtresses romaines, grecques ou égyptiennes ont vécu dans des temples sacrés. Elles aussi adoraient la Grande Mère, la Déesse dans toutes Ses formes. En…

Voir l’article original 1 169 mots de plus

Crone, ou quand la traduction approximative nuit…

Cerridwen la Crone ou la vieille bique

Scáthcraft

Précédemment publié (22/06/2011) sur La Caverne (blog désactivé)

Je sais que je chipote quand il s’agit de traduire (déformation à la fois professionnelle et intellectuelle), mais là, il y a un sens supplémentaire que les traductions approximatives font disparaître. En effet, sur les sites anglophones, on trouve Maiden, Mother and Crone, mais les traductions de crone que l’on trouve sur les sites francophones sont bien souvent trop politiquement correctes, et finissent par tuer le sens réel du mot.

Je m’explique : je veux bien admettre que l’on traduise maiden par jeune fille ou demoiselle (car maiden porte à la fois ces 2 significations, ainsi que le sens de vierge, qui a pris un sens très spécifique en français), mais je ne suis absolument pas d’accord pour la traduction de crone par vieille femme ou pire, vieille dame.

Le mot crone, lorsqu’il est employé dans la vie…

Voir l’article original 341 mots de plus