Mais pourquoi je n’y ai pas pensé plus tôt ?!

Salut Grenouilles !

Comment allez-vous ? Pas trop chaud ?

Ici en Bretagne, c’est le grand écart des températures ! Passez de 15 degré à 40 degré en moins de 3 jours, c’est juste ratatinant. Je suis en mode HS dans mon lit 😀

J’en profite pour vous partager, mes Grenouilles, mon dernier test en matière de routine capillaire.

J’ai encore à améliorer mes coups de pinceaux pour réussir à bien en mettre partout. Le derrière de la tête, à partir du sommet de crâne, c’est pas Tip Top mais pour un début, je suis contente du résultat obtenu.

Avant, j’avais les cheveux courts. La lotion pschitt pschitt à l’ortie c’était juste ce qu’il fallait pour rafraîchir le peu de cheveux.

Maintenant, je les ai façon Uma Turman dans le célèbre film Pulp fiction et l’alternance savon noir/lotion ne suffit plus. Retour rapide des gratouilles et des cheveux gras et raplapla au bout de 5/7 jours.

Entre temps, j’ai testé le shampooing sec avec un mélange d’argile verte et bicarbonate de soude ou juste de l’argile. J’avais les cheveux façon paille, le cuir chevelu restait gras, ça gratté… Bref, c’était pas terrible, cela ne convenait pas.

Et puis un jour, la lumière fût !

Je me retrouvais avec un sachet d’argile que j’avais utilisé 4/5 fois et je me demandais ce que j’allais bien faire ?

C’était en mai dernier, j’ai cueilli de la sauge avec laquelle j’ai pu faire plein de chose

  • Des bâtons de fumigation,
  • Des feuilles et fleurs séchées pour faird des tisanes
  • Des fleurs séchées à brûler aussi sur un charbon ardent
  • Des petits fagots pour démarrer un feu
  • Et une infusion froide

Avec cette infusion, je l’utilise pour me faire une toilette et pour rincer mes cheveux.

Et là, en me lavant les cheveux Et si… je mélangeais de l’argile à cette infusion ?

Mais c’est bien sûr !

Quelques cuillères à soupe d’argile, quelques cuillères à soupe d’infusion froide de sauge, quelques coups de touillette et voilà ! Un nouveau shampoing home made.

J’applique cette tambouille au pinceau, raie par raie. Je laisse pauser minimum 15 minutes (minimum car c’est souvent plus) et je rince à l’eau.

J’ai rien inventé. Pourtant pour mes cheveux cette révélation se trouve très favorable.

Depuis, j’ai amélioré le truc. Comme je suis adepte des infusions froides, j’en ai récemment fait avec de la lavande. Pour la conservation, je rajoute du vinaigre de cidre bio fermier et l’utilise aussi en pschitt pschitt. A cette époque de l’année, l’ortie est trop avancée (en fleur/graines)  pour l’utiliser. Alors je fais avec d’autres plantes.

Me voilà fonc avec une lotion capillaire à la lavande qui me sert à faire la tambouille à l’argile.

Et bien avec le vinaigre, c’est encore mieux ! En plus de cette merveilleuse odeur de lavande, mes cheveux sont un peu plus btillant.

Ils ont accumulé du sébum tout ce temps, alors il va falloir que j’attende encore quelques shampoing home made argile + lavande avant de retrouver des cheveux assainis.

Aussi pour espacer les applications, j’utilises l pschitt pschitt lavande entre 2.

Voilà mes Grenouilles vous savez tout de mes pérégrinations capillaires.

C’est quand même une sacrée aventure de se laver les cheveux au naturel ! Vous trouvez ?

Usages thérapeutiques pour nos cheveux

La MEDECINE HISTORIQUE restera un vague souvenir

Brossage, massage et applications de produits se conjuguent pour donner à la chevelure toute sa vitalité. On peut user des créations de l’étheirologie, mais certains secrets de bonnes femmes gardent toute leur valeur.

Le brossage reste indispensable pour débarrasser les cheveux de la laque, du shampooing sec, des poussières, mais il ne doit pas être fait n’importe comment ; pas de « coups » de brosse qui cassent les cheveux fragiles, surtout lorsqu’ils sont décolorés, mais une méthode ordonnée, pratiquée systématiquement. Il faut posséder 2 brosses de soies de sanglier, une pour chaque main. Elles seront lavées tous les jours, à la rigueur tous les 2 jours, comme les peignes.

coiffure

Il faut bien choisir son shampooing. Il doit être doux et respecter la nature du cheveu. Lors de l’application, on doit masser le cuir chevelu du bout des doigts mais surtout, il faut éviter les frictions trop rigoureuses. Les cheveux secs et cassants…

Voir l’article original 1 096 mots de plus

Des trucs de filles

Hello les grenouilles,

Je reviens vous parler, vous l’avez compris, de #trucs de filles#.

Je vais commencer par le sujet numéro 1 : les poils.

Les hommes ont aussi leur lot en ce qui concernent leur pilosité. Et pourtant les poils de la femme me semblent placés à un autre niveau.

Comme je l’écrivais ici, j’ai un appareil pour enlever les poils, un épilateur électrique qui fait rasoir de surcroît.

Cela fait des années qu’il est dans sa jolie pochette satinée bleue et que j’en suis fière.

Oui, fière car si avant, je cherchais à les camoufler en portant été comme hiver des pantalons, dorénavant, pour les jambes j’assume le pantalon mi-mollet et sous les bras, regardez par vous même.

Je ne m’étalerai pas au sujet de la zone du « maillot » il y en aurai à dire. Peut être une prochaine fois.

La seule partie que j’épiles, ce sont mes sourcils. Et encore, j’ai l’impression que chaque épilation est de plus en plus espacée. Je tenterai peut être un avant/après avec suivi des dates dans mon bujo.

Sujet numéro 2. Le soutien-gorge.

A l’été 2015, je lui est dit Bye Bye !

Comme de nombreuses femmes, le premier geste ou presque, après une journée active, je retirais mon soutien-gorge. Quel sentiment de liberté, de bien-être et de relâchement, n’est-ce pas ?

Et avec tous ces changements et remises en question de notre modèle de société, j’ai cherché la naissance et l’histoire du soutien-gorge. Dans votre moteur de recherche préféré, vous trouverez la même chose que moi.

A quoi bon être étriquée dans un objet surfait créé par la bourgeoisie comme nombreux d’autres objets futiles, intules, si ce n’est que pour avoir comme elle, la bourgeoisie, un objet rendu accessible à tous, et encore, je trouve que c’est parfois cher pour ce que c’est !

Bref, je m’emporte. Ce n’est pas le moment de parler de la foutaise de la révolution française et de la prise de la bastille.

Ce dont il est question, c’est de bien-être. Et ça tombe bien car sans soutien gorge, je me sens bien et aussi, oui, je l’assumes.

Au début, ce n’est pas évident. Il faut apprendre à se défaire du « mais les autres vont le voir ? » Peut être, mais pour beaucoup, ça se passe surtout dans la tête. Quand on se lance dans un changement, c’est le sujet qui trotte en continu ou presque dans un petit coin de notre tête. C’est comme si cela pouvait se lire sur notre visage.

C’est ainsi que je l’ai vécu.

Avec un bonnet D ou E selon les modèles, autant dire que ça ne passe pas inaperçu. J’ai donc d’abord camouflé comme je pouvais et j’ai trouvé l’idée de porter un débardeur sous le tee-shirt.

Et j’avoue que cela est satisfaisant. Bon, l’été ça tient chaud !

La poitrine étant maintenue « près du corps », je me sentais moins gênée par les ballotements.

Je crois bien qu’il m’a fallu presque 1 an et demi pour être à l’aise vis a vis des autres. Parce que question confort, je me suis vite sentie bien et même mieux.

Mieux, car à la période de menstruations, surtout niveau symptômes pré-menstrues, c’était pénible à vivre.

Comme vous le savais, la poitrine peut commence à gonfler dans ces moments là. La poitrine prise par une armature ou autre coeur croisé donne la sensation d’avoir la poitrine compressée. C’est douloureux et rend cette zone d’une extrême sensibilité.

Il a fallu un temps pour m’en apercevoir. Je crois bien que c’est dans les 6 derniers mois que je notais la différence. Ma poitrine gonfle un peu toujours à cette periode mais alors je n’ai plus mal.

Ces quelques lignes ressemblent à ce qui pourrait être mon témoignage après 2 années sans soutien-gorge.

Je vous encourage à revoir votre rapport à cet objet devenu si banal au quotidien et pourtant controversé.

Sujet numéro 3, les menstrues et la cup

Comme je suis partie, je m’aperçois que j’en ai à dire et au sujet des menstrues. J’aimerai aborder plus longuement le sujet à  propos de tout ce que j’ai découvert et expérimenter.

Mes grenouilles, je vais donc finir ici et revenir prochainement avec trucs de filles #2.

A bientôt !

Côté salle de bain en 2017

L’aventure dans la Salle de Bain a commencé par.

6 mois plus tard, je vous présentais le bilan des changements.

En 2017, c’est…

Lavage des cheveux :

Au savon noir tous les 15 jours chaque. Entre chaque, c’est lotion à l’ortie.

Nous pouvons lire que le savon noir dit ménager ne s’utilise pas pour les soins corporels.

J’utilise dorénavant cette marque et mon cuir chevelu et le reste de ma peau se portent bien.

 

Pour le corps :

Je prend une douche ou 2 à l’eau par semaine.

Tous les autres jours, je me lave au gant après avoir dilué dans de l’eau chaude 2 gouttes d’huiles essentielles dans le lavabo.

Je n’utilise pas de crème pour le visage ou autre pour le corps.

 

Côté déodorant :

Je n’en mets toujours pas.

Cela fait bien 2 ans que je n’en utilise plus.

Aujourd’hui, avec l’hygiène corporelle que j’ai adopté, pas une odeur.

Je peux remettre aisément le même débardeur et tee-shirt pendant 3 jours.

 

Hygiène buccale :

J’utilise toujours le même type de brosse à dents avec le même dentifrice en poudre.

On ne change pas une équipe qui gagne !

Brosse à dents 100% biodégradable
Dentifrice en poudre

 

Les derniers changements au niveau corporel ont eu une incidence directe sur la facture d’eau :

Moins d’eau utilisée pour me laver et le nombre de machines à laver le linge qui a diminué car je change moins souvent de vêtement.

 

Voilà pour aujourd’hui.

Un premier tour rapide dans ma salle de bain en 2017.

Et vous quoi de neuf ?

Ecolonomie – La facture d’eau

En 2014, notre consommation d’eau était de 81 m³, pour 2 adultes et un enfant.

Si en moyenne, une personne utilise 150 litres et 69 litres pour un enfant, nous sommes bien en deça de la moyenne.

Néanmoins, il est possible de faire mieux en adoptant de nouveaux gestes.

Poursuivre la lecture de « Ecolonomie – La facture d’eau »

Shampoo et moi, c’est fini !

C’est une bien bonne nouvelle que je viens vous annoncer.

Shampoo et moi, c’est fini !

A moi les cheveux au naturel.

En lisant l’article, vous verrez du texte écrit en vert. Cela correspond aux évolutions dans ma routine shampoing.

Poursuivre la lecture de « Shampoo et moi, c’est fini ! »

Water only, mais pas que…

Après avoir troquer mon shampooing TIMOTEI PURE 100% GREENWASHING par une base lavante douce, mes cheveux qui ont tendance à regraisser vite, regraisse TROP vite.

Dès le 3ème jour, lavage au shampooing oblige, ce qui n’est pas de  mon goût.

J’ai lorgné sur le shampooing sec au rhassoul d’après la vidéo d’Anya , alias Eclectik Girl et de fil en aiguille, je me suis décidée.

Poursuivre la lecture de « Water only, mais pas que… »

Un déo doux et efficace ?

Aujourd’hui choisir son déodorant n’est pas anodin pour sa santé.

Pour m’aider à choisir, j’ai décidé de consulter les avis des un(e)s et des autres sur mes groupes FB fétiches.

Chacune des personnes recherche LE déodorant efficace pour lutter contre les désagréments de la transpiration qui peuvent nous gâcher la vie.

LA trouvaille est une tâche difficile…

Poursuivre la lecture de « Un déo doux et efficace ? »