Vin de Mabon mûre/framboise

J’ai découvert dans le livret de l’Oracle Druidique des Plantes, mon nouveau chouchou <3, qu’une tradition en ces temps de Mabon est de faire un vin de mûre.

Je me suis exécutée car je trouve cette idée gourmande 🙂

J’ai alors ramassé des mûres à la pleine saison, complétées par des framboises du jardin, que j’ai laissé macéré en extérieur avec du rhum et du miel de printemps pendant 15 jours environ. Sans oublier de rajouter quelques feuilles de ronce et de framboise.

Par la suite, j’ai rajouté du vin rouge et encore 1 bonne semaine de macération.

3 bonnes semaines plus tard, nous avons filtré le vin (il est bon ! ) et avec les fruits, fait de la confiture.

Nous voilà donc avec 2 recettes gourmandes pour le prix d’une 🙂

Tout en faisant ces dernières préparations, voici ce que mon intuition me dit :

A la Pleine Lune de Lughnasadh (Août), cueille les fruits
A la Nouvelle Lune, rajoute le vin
A la Pleine de Mabon (Septembre), mets en bouteille

Pour être complet, la Tradition est de réserver ce vin pour les célébrations de Mabon prochain

Pour ce qui est des quantités :

  • 1 kg de fruits
  • quelques feuilles de ronce et framboise
  • ½ litre de rhum
  • 3 belles cuillères  soupe de miel de printemps
  • 2 litres de vin rouge

Pour la confiture, j’ai mis à cuire les fruits bien imbibés de vin avec 2 cuillères à soupe de sucre. J’ai rajouté un peu plus d’une ½ cuillère à café d’agar-agar et en fin de cuisson, 2 autres cuillères à soupe de sucre mais complet (rapadura), pour le goût. Pendant tout le temps de cuisson, j’ai écrasé avec un presse-purée. Au bout de 15-20 minutes, passé la confiture au chinois pour séparer le jus des grains. Et voilà ! A déguster sur des tartines ou dans une crêpe 😉

J’espère avoir titillé vos papilles de gourmands.

A bientôt pour d’autres idées gourmandes ❤

Eau de rhubarbe

En ces temps de fortes chaleurs, s’hydrater régulièrement tout au long de la journée est primordial.

Il y a quelques jours, je partageais sur la page Facebook associée au blog une photo d’eau de rhubarbe en préparation.

Aujourd’hui me semble être le jour idéal pour vous en partager la recette.


J’ai spécialement acheté ce grand pot pour faire des boissons aromatisées avec les plantes et herbes récoltées dans mon jardin de Gaïenne.

Comme la rhubarbe nous a offert la possibilité d’une 2ème récolte, je voulais tester encore une autre recette.

Avec la première récolte, nous avions savouré une délicieuse tarte à la rhubarbe meringuée. Si vous n’avez pas encore goûter, je vous invite à le faire d’urgence ! Vous m’en direz des nouvelles 😀

Cette fois-ci, j’ai préparé une eau de rhubarbe avec :

  • 1,5 Kg de rhubarbe épluchées et couper en tronçons.
  • déposer les au fond du pot et mettre dessus 9 ou 12 (je ne sais plus) cuillères à soupe de sucre. Bien mélanger.
  • Ensuite, verser 3 litres d’eau bouillante et laisser reposer pendant 24 heures.
  • Enfin, filtrer le tout. Mettre en bouteille et réserver au frais avant dégustation.
  • La consommer dans la semaine.
  • Si vous souhaitez en faire que 500 g, diviser les proportions par 3

J’ai retrouvé ce goût si caractéristique de la rhubarbe avec un côté acidulé et désaltérant comme j’aime 😀

Avec le reste de rhubarbe, j’ai fait de la compotée. Parfait pour les tartines !

  •  Mettre à cuire avec un rajout de sucre selon son goût.
  • Laisser réduire jusqu’à ce que toute l’eau soit évaporée.
  • Mettre en pot et mettre au frais après refroidissement.

J’ai depuis enchaîné les boissons :

  • menthe, rhubarbe, citron
  • ortie, menthe, citron
  • sureau (récolté en balade)
  • et bientôt, j’ai envie de tester sarriette, menthe. Il y en a beaucoup cette année.

Et vous, quelle boisson aux plantes aimez-vous ?

Faites moi découvrir de nouvelles associations, je me ferai la joie de les tester, si je dispose des plantes dans mon jardin.

Régalez-vous les gourmands.

A bientôt pour d’autres recettes en direct du jardin de Gaïenne.

Tarte gourmande à la rhubarbe meringuée

Bonjour les gourmands,

Le mois de mai rime avec première récolte.

Pour ouvrir le bal, c’est la rhubarbe qui nous a offert ses premières branches.

Elle nous fait aussi le cadeau de sa fleur.

Pour changer de la compotée, j’ai cherché une nouvelle recette.

Je me suis laissée tenter par une recette qui me semblait fort appétissante.

En plein dans le mille ! C’est un vrai délice !

Je vous livre la recette :

  • 1 pâte brisée (lien vers mon blog de recettes tout fait maison)
  • 500 g de rhubarbe
  • 4 oeufs
  • 70 g de sucre
  • 2 belles cuillères à soupe de farine de riz
  • 15 à 20 cl d’eau
  • 1 pincée de sel

Préparation

  1. Laver et éplucher la rhubarbe. La couper en petits tronçons.
  2. Préchauffer le four à 200°C. Étaler la pâte dans un moule à tarte. Garnir de rhubarbe. Battre un oeuf entier et 3 jaunes (réserver les 3 blancs pour la meringue) avec 35 g de sucre. Ajouter la farine de riz et l’eau.
  3. Verser la préparation sur la rhubarbe, attention que ça ne déborde pas. Enfourner 30 minutes.
  4. Pendant ce temps, battre les blancs en neige bien ferme avec une pincée de sel. Ajouter peu à peu le sucre restant (35 g) tout en continuant de battre.
  5. Pour finir, lorsque la tarte est cuite, étaler la meringue et poursuivre la cuisson 10/15 minutes.

Je suis AMAPienne

Non, non, il ne s’agit pas de la derrière trouvaille de la NASA. 🙂

Une AMAP, c’est Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne.

Chaque vendredi je m’y rend pour que l’essentiel de mon alimentation vienne de la diversité des producteurs locaux de culture biologique ou de culture raisonnée.

La cloche a retenti. C’en est fini pour moi le BIO des supermarchés !

Poursuivre la lecture de « Je suis AMAPienne »

Et si manger bio était moins cher ?

Un panier de légumes et de fruits issus de l’agriculture biologique serait jusqu’à 30% moins cher qu’en hypermarché selon une étude menée en France par l’association des Paniers Marseillais.

Poursuivre la lecture de « Et si manger bio était moins cher ? »

Les labels cosmétiques BIO

C’est à la lecture de cet article rédigé par Emma de pin-up-o-naturel.com que je me suis à nouveau questionner sur la fiabilité des labels bio de cosmétiques naturels.

Si jusque là, j’ai bien saisi les codes du greenwashing, les garanties des labels sont plus complexes à saisir.

Poursuivre la lecture de « Les labels cosmétiques BIO »

Un déo doux et efficace ?

Aujourd’hui choisir son déodorant n’est pas anodin pour sa santé.

Pour m’aider à choisir, j’ai décidé de consulter les avis des un(e)s et des autres sur mes groupes FB fétiches.

Chacune des personnes recherche LE déodorant efficace pour lutter contre les désagréments de la transpiration qui peuvent nous gâcher la vie.

LA trouvaille est une tâche difficile…

Poursuivre la lecture de « Un déo doux et efficace ? »

Produit vaisselle naturel et bio fait maison ou pas !

Déjà abordé avec le gel douche, le shampooing et le dentifrice, reste encore le déodorant et j’en aurai fini d’empoisonner mon corps avec les substances à risques et les tension-actifs de la pétrochimie. Oui, vous savez, ces agents de surface issus de matières premières fossiles difficilement biodégradables et qui posent des problèmes de toxicité dans l’environnement.

Alors que je pensais les avoir chassés de chez moi, ils sont encore là, dans la cuisine !

Poursuivre la lecture de « Produit vaisselle naturel et bio fait maison ou pas ! »

Labels et certifications

Censés nous apporter des garanties, ils fleurissent dans tous les rayons des magasins semant le doute sur les qualités des produits.

Dans cette jungle des labels, sont souvent nommés sur l‘allégorie de la grenouille ceux concernant la cosmétique, l’alimentation, les jouets, l’habitat.

Parmi eux, il y a les bons et les moins bons, ceux auxquels on peut se fier les yeux fermés et ceux qui sont le fruit d’une auto-proclamation.

Poursuivre la lecture de « Labels et certifications »